4 mars 2017

Anne, baigneuse à l’année

By In Portrait

“Je ne sais pas ce que le plombier avait fait dans cette maison qu’on venait de faire construire, mais il fallait faire couler l’eau un temps fou avant qu’elle soit chaude. Un jour, j’en ai eu marre de gaspiller, j’ai pris ma douche froide. J’ai beaucoup aimé. Depuis, je prends toutes mes douches froides, et je m’en sens très bien.” Elle est comme ça, Anne, tout en fraîcheur. Et pour faire bonne mesure, elle se baigne toute l’année. Ça n’est pas venu d’un coup. Je me suis toujours baignée, j’adore ça, je suis un vrai poisson. Avec mes soeurs, nous passions toutes nos vacances chez notre grand-père à Rothéneuf, dans sa maison du Havre qui avait les pieds dans l’eau. Le matin, le bruit de la mer haute nous réveillait. On enfilait les maillots, et on savourait le premier bain de la journée, avant le petit-déjeuner.”

Anne s’est mariée, a eu 5 enfants, a vécu en région parisienne. Elle est restée fidèle à Saint-Malo en y revenant pour les vacances, en s’y baignant “jusqu’à la Toussaint” , en y faisant construire une maison pour y passer sa retraite, avec son époux. Comment l’idée de se baigner tout l’hiver est-elle venue? “Une amie m’a dit “essaie, tu vas voir, ça va devenir une drogue pour toi.” Ça m’a amusée . J’ai testé jusqu’à Noël, et assez rapidement, j’ai continué.” Février est le plus froid. La mer flirte avec les 7°. “J’entre dans l’eau sans aucun problème, c’est une chance. Je fais quelques brasses avec le visage dans l’eau , et du dos crawlé. Je me dépense. La baignade ne doit pas durer longtemps : pas plus d’une minute par degré. Le corps a froid, mais on ressent un bien-être extraordinaire. Après la baignade, j’ai une pêche formidable! C’est la cryogénie à la malouine…

ANNE La Baigneuse

Anne fait partie d’un groupe qui fait trempette chaque jour à midi, quel que soit le temps. Elle l’a baptisé “les pingouins du Val” en raison de la tenue de ses membres -maillots, gants, chaussons et bonnets le plus souvent noirs et blancs -. Les lieux de baignade varient en fonction de la météo : plage du Havre quand les vents sont d’ouest, plage du Val quand la mer est basse, parce qu’on n’a pas trop à marcher pour se mettre à l’eau, plage du Pont pour se protéger des vents d’est, et quand la mer est haute : “quand elle est au plein, c’est merveilleux. On n’a pas à fouler le sable : l’été, c’est agréable, mais l’hiver, le sable glacé est plus difficile à supporter que l’eau froide. Il devient désagréable début décembre, lorsque la mer est autour de 12°. Quand on grimace, c’est qu’il est temps d’enfiler les chaussons. Et de mettre le maillot d’hiver, un peu plus épais que celui d’été.”

 

La baignade hivernale ne se pratique pas en solitaire. Les pingouins sont entre 6 et 12 , selon les jours. Après le bain, chacun a ses habitudes pour ne pas attraper froid : “certains se versent de l’eau chaude sur les épaules ou sur les pieds, se couvrent vite le haut du corps. Moi, je garde mes chaussons le plus longtemps possible; et s’il y a du vent, je cours un peu avant de me rhabiller.” Il y a un rituel auquel aucun ne déroge : “on prend un thé et des petits gâteaux. Un ami apportait du vin chaud le mercredi. Il ne vient plus, c’est bien dommage…On discute, on rigole. Des personnes qui n’habitent pas ici à l’année nous rejoignent de temps en temps. Même quand je ne me baigne pas, je passe dire bonjour. Je prends des photos de la mer. Je la vois tous les jours, et je ne m’en lasse pas. Quand je vais faire mes courses, je fais même un détour par la Varde pour la regarder.” C’est une histoire d’amour. Pas une histoire de devoir, de défi, de m’as-tu-vu .”Une amie m’a dit :”je t’admire! Pourquoi fais-tu ça?” Je lui ai répondu : “mais parce que ça me plaît!”

“Je ne suis pas toujours là, avoue-t-elle. Je commence à faire la coquette avec la mer : je choisis mes jours. Le froid, le vent ne me dérangent pas. Je me suis déja baignée sous la neige. Mais je n’aime pas la pluie. La baignade doit rester un plaisir. Il y a des limites, donc, mais pas toujours celles que l’on croit : il y a quelques temps, Anne s’est baignée à Saint-Martin, aux Antilles. L’eau était à plus de 25°. Elle n’a pas aimé. Bien trop chaude.

textes Béatrice ERCKSEN – photos ©Gérard CAZADE

11 commentaires
  1. Fretay Gérard 5 mars 2017

    A glagla, mais bravo Anne.

    Reply
    • bascript89 5 mars 2017

      Ça refroidit rien que de l’imaginer, non? Personnellement, l’eau à 25 degrés est un minimum pour me mettre à l’eau. Bises à vous deux

      Reply
  2. Breizh 6 mars 2017

    Vraiment superbe reportage. Respect à Anne.

    Reply
  3. THUAL 8 mars 2017

    Un vrai plaisir de lecture. Bravo pour ces beaux reportages textes et photos, hors des sentiers battus, et rebattus.

    Reply
    • bascript89 8 mars 2017

      Ça nous fait très plaisir ! Un grand merci, Alain, pour ces belles paroles

      Reply
  4. Cecile peigné 25 mars 2017

    Quel courage moi je préfère l eau chaude respect à Anne

    Reply
  5. MS7085 4 décembre 2017

    Nous comprenons Anne. Comme elle nous nous baignons toute l’année en maillot dans la manche. Nous entrons aussi très facilement dans l’eau froide et y restons plus longtemps tant que sa température est égale ou supérieure à 8°. Comme elle nous ressentons un bien-être extraordinaire qui nous donne plein d’énergie.

    Reply
    • beatrice 5 décembre 2017

      Nous sommes à chaque fois impressionnés par les baigneurs à l’année. Bonnes baignades!

      Reply
  6. MS7085 6 décembre 2017

    Nous ne sommes pas des SUPER femmes/hommes. Simplement, c’est une question d’habitude et surtout de mental. L’eau froide qui mord, c’est très supportable.

    Reply

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.